Comment devenir expert | L'expertise judiciaire en france | Pourquoi sommes nous experts?

Pourquoi sommes nous experts de justice ?


Quelques témoignages d’experts…

« Lorsque j’ai entrepris la préparation du diplôme d’expertise comptable, mon maître de stage, un grand nom de l’expertise judiciaire, m’a fait participer à quelques missions d’expertise qu’il avait en cours. D’abord intrigué par cette discipline totalement nouvelle pour moi, j’ai été assez vite convaincu par ses nombreux attraits : la rigueur de la démarche, le caractère didactique des rapports et la noblesse de l’objet, à savoir la contribution à une bonne administration de la justice. C’est rapidement devenu une vocation. »


« Il y a déjà longtemps, j'ai fait une école dont la devise était « pour la Patrie, les Sciences et la Gloire ». Au cours d’une carrière, on n’a guère de temps de se préoccuper de tout cela, mais cela marque quand même. Arrivé dans la dernière partie de ma carrière, celle où on constate que l’on a plus de passé que d’avenir, je trouve très gratifiant de pouvoir mettre son expérience professionnelle à la disposition de la justice et de permettre à des gens qui n’ont que des raisons de s’agresser, de mieux apprécier la réalité objective des choses. »


« Parce que dans le métier d'expert immobilier, il y a très peu de reconnaissance officielle de cette profession qui est libérale et ouverte à tous. Le titre d'expert de justice en matière immobilière représente donc un titre reconnu, mais cela suppose une certaine expérience et une reconnaissance pas ses pairs tant technique que morale. Cela constitue un objectif qu'il faut tenir, car il est remis en cause tous les 5 ans, voire avant en cas de faute grave. »


« Poussée par un mandataire liquidateur disant que le ressort manquait d'experts de qualité, j'ai déposé mon dossier sans aucune conviction. Une première fois, refusée, j'ai mis du temps à renouveler ma demande. Mais, acceptée la deuxième fois, il m'a fallu me pencher sur le NCPC. J'avais 33 ans. Et je me suis prise au "jeu". J'ai tendance à être curieuse et précise donc cette activité me va parfaitement puisqu'elle développe les sens de la recherche, de la rigueur, de la rencontre avec l'autre.
Toutefois, en Province au moins, un expert est modestement rémunéré et cela peut empêcher de brillants esprits d'adhérer à la démarche. Ceci est bien dommage pour l'œuvre de justice.
»


« parce que le serment d'Archimède, méconnu mais équivalent à celui d'Hippocrate pour les ingénieurs, m'y convie :
  • Considérant la vie d'Archimède de Syracuse qui illustra dès l'antiquité le potentiel ambivalent de la technique,
  • Considérant la responsabilité croissante des ingénieurs et des scientifiques à l'égard des hommes et de la nature,
  • Considérant l'importance des problèmes éthiques que soulèvent la technique et ses applications,
Aujourd'hui, je prends les engagements suivants et m'efforcerai de tendre vers l'idéal qu'ils représentent.
Je pratiquerai ma profession pour le bien des personnes, dans le respect des Droits de l'Homme et de l'environnement.
Je reconnaîtrai, m'étant informé au mieux, la responsabilité de mes actes et ne m'en déchargerai en aucun cas sur autrui.
Je m'appliquerai à parfaire mes compétences professionnelles.

Dans le choix et la réalisation de mes projets, je resterai attentif à leur contexte et conséquences, notamment des points de vue technique, économique, social, écologique. ...
Je porterai une attention particulière aux projets pouvant avoir des fins militaires.
Je contribuerai, dans la mesure de mes moyens, à promouvoir des rapports équitables entre les hommes et à soutenir le développement des pays économiquement faibles.

Je transmettrai, avec rigueur et honnêteté, à des interlocuteurs choisis avec discernement, toute information importante, si elle représente un acquis pour la société ou si sa rétention constitue un danger pour autrui.
Dans ce dernier cas, je veillerai à ce que l'information débouche sur des dispositions concrètes.
Je ne me laisserai pas dominer par la défense de mes intérêts ou ceux de ma profession.
Je m'efforcerai, dans la mesure de mes moyens, d'amener mon entreprise à prendre en compte les préoccupations du présent serment.
Je pratiquerai ma profession en toute honnêteté intellectuelle, avec conscience et dignité.

Je le promets solennellement, librement et sur mon honneur.
»